L’intestin est le siège de notre immunité

L’intestin est le siège de notre immunité

Je vous ai exposé il y a quelques semaines l’alimentation idéale pour soutenir notre système immunitaire. Mais pour que tous ces nutriments que nous consommons arrivent à nos cellules, il faut d’abord qu’ils soient correctement digérés puis absorbés par notre intestin. Vous comprenez immédiatement où je veux en venir: si je digère mal mon repas, les vitamines, minéraux et autres nutriments présents dans tous les bons aliments que j’ai mangés ne sont pas disponibles pour être absorbés par les cellules intestinales (les entérocytes). Pire: tout aliment non digéré se comporte comme une toxine pour l’organisme! Par ailleurs, si mes intestins sont abîmés, ils ne peuvent pas absorber correctement les nutriments, même s’ils sont disponibles. L’intestin est l’organe clé de notre défense immunitaire globale: le tissu lymphoïde intestinal (GALT) représente la plus grande masse lymphoïde de l’organisme. Il contient plus de lymphocytes que la rate et les ganglions. C’est l’acteur principal du système immunitaire acquis; il ne peut donc pas y avoir de bonne immunité sans intestins en bon état!

intestin plein de bactéries

Améliorer sa digestion:

Pour mieux digérer, il faut commencer par bien mâcher, manger sans faire d’excès et choisir les bonnes associations alimentaires: manger des fruits hors des repas, ne pas grignoter, boire plutôt en-dehors des repas, dîner léger et pas trop tard. Les plantes peuvent aussi nous venir en aide: menthe pour stimuler la digestion, fenouil contre les ballonnements, chardon-marie pour soutenir le foie, réglisse contre les brûlures d’estomac, la verveine contre les spasmes, le radis noir pour favoriser la production et l’excrétion de la bile, le curcuma qui protège l’estomac et facilite la digestion… En cas de difficulté à digérer les protéines, on peut consommer de l’ananas ou de la papaye avec le repas car ils contiennent des enzymes protéolytiques.

papaye

Si cela est encore insuffisant, on peut prendre des comprimés contenant des enzymes digestives.

Le rôle des prébiotiques et des probiotiques

L’intestin contient des millions de micro-organismes (bactéries et levures). Les troubles intestinaux (diarrhée, constipation, ballonnements…) sont le signe d’un déséquilibre entre les bactéries saines (probiotiques) et les germes néfastes qui ont pris le dessus. Un traitement antibiotique ou par corticoïdes élimine tout micro-organisme intestinal et laisse la porte ouverte au développement d’une flore pathogène. Après tout traitement de ce type, une cure de probiotiques est nécessaire pour réensemencer l’intestin avec les bonnes bactéries. Il faut ensuite les nourrir de prébiotiques: ce sont les fibres présentes dans les végétaux, surtout la banane, les artichauts, les topinambours, l’asperge, les oignons, l’ail, la chicorée…et revoir ses habitudes alimentaires! De cette manière elles prendront la place dans l’intestin et empêcheront le développement des germes indésirables. Si des germes indésirables parviennent à prendre le dessus ils se multiplient et se dispersent vers les organes voisins ou nos autres organes en passant par voie sanguine. On comprend donc l’importance de la bonne santé intestinale pour notre immunité globale! Le meilleur moyen de s’assurer d’une bonne flore intestinale est de consommer des aliments fermentés, riches en prébiotiques et probiotiques: la choucroute crue, le kimchi, le miso et d’autres aliments fermentés à base de soja, le yaourt naturel, le kéfir…

ail

Il est aussi important de consommer des aromates dans les plats ou en infusion car ceux-ci désinfectent le tube digestif: persil, estragon, basilic, menthe, fenouil, coriandre, cardamome, romarin, cumin, genièvre, thym, laurier, gingembre, cannelle, curcuma…

gingembre

Le Leaky Gut Syndrome ou intestin poreux

Mais tout est encore bien plus compliqué! Certains aliments (produits lactés, céréales contenant du gluten) ne sont pas adaptés à nos enzymes digestives. Ils ont une action à la fois irritante au niveau des muqueuses digestives et perturbatrice de la flore intestinale. Ils vont léser la muqueuse, entrainant une augmentation de la perméabilité intestinale. Des molécules provenant d’aliments mal digérés ou des résidus de polluants ou de médicaments vont parvenir à traverser la paroi intestinale et se retrouver dans le sang. Elles ne sont pas reconnues par le système immunitaire et font le lit des maladies auto-immunes ou inflammatoires. Si ces résidus ne sont pas détoxifiés par un foie surchargé de travail, ils peuvent aussi provoquer une inflammation de la peau (eczéma, acné, psoriasis…), du tube digestif (maladie de Crohn, gastrite…) ou des bronches (bronchite chronique, asthme…).

Dans de tels cas, il serait sage d’exclure pendant un certain temps les produits laitiers et les céréales contenant du gluten, de limiter les graisses saturées et les sucres et de consommer des huiles crues riches en oméga 3. De plus, il ne faut pas cuire les aliments à trop haute température (bannir le barbecue, la cocotte minute, les fritures, le micro-onde) et veiller à consommer un peu d’aliments crus à chaque repas pour les vitamines, acides gras poly-insaturés et antioxydants. Le mode alimentaire que je décris ici est celui préconisé par Jean Seignalet, il s’agit d’une alimentation anti-inflammatoire.

Enfin, il faut nourrir les entérocytes pour qu’ils puissent se réparer et se reproduire. Leur meilleure source d’énergie est la glutamine qu’on trouve dans la viande, les œufs, le poisson , les céréales… Mais quand l’intestin souffre, cela ne suffit pas: il faut l’apporter en complément

Notre immunité est directement liée à l’énergie que nous apportons au corps. Cette énergie n’est autre que la nutrition. L’alimentation reste malheureusement sous-estimée dans notre civilisation… Pourtant ce sont nos aliments qui nous apportent l’énergie et les substances nutritives ( enzymes, minéraux, vitamines, oligo-éléments, protéines, glucides et lipides). Réapprenons à nourrir correctement notre organisme en lui fournissant ces indispensables nutriments qui nous permettront de vivre en bonne santé et plus longtemps.

Ce qu’il faut retenir:

  • Privilégiez une alimentation équilibrée, de préférence bio
  • N’abusez pas des produits laitiers et du gluten
  • Privilégiez la cuisson douce et le cru
  • Consommez des prébiotiques et des probiotiques
  • Evitez les médicaments chimiques
  • Améliorez votre digestion avec des plantes
  • Si votre intestin est déjà abîmé, faites une cure de pré et probiotiques ainsi que de glutamine.

L’immunité et donc la santé se construit avec chaque repas!

Leave a Reply

Your email address will not be published.
Required fields are marked *